Comment créer une entreprise de transfert de fonds à Kinshasa

Mon premier boulot, lorsque j’ai fini mes études a été de travailler comme opérateur dans une agence de messagerie financière. Pour ceux qui ne connaissent pas la messagerie financière c’est tout simplement une agence comme Western Union, spécialisée dans le transfert de fonds. Cette agence a tenu le temps qu’elle a tenu puis elle a cessé ses opérations et a fermé.

J’aimerais en profiter pour vous dire, si vous avez l’intention de créer une petite entreprise, que vous n’êtes pas nécessairement sensé créer quelque chose qui doit vous survivre. Vous aurez peut-être à créer plusieurs entreprises durant votre vie qui fermeront à un moment donné. Ne considérez pas cela comme un échec en soi, puisque pendant qu’elles ont fonctionné, elles vous auront apporté plus que de l’argent. Elles vous auront sûrement permis d’apprendre beaucoup de choses dans le domaine où vous avez exercé, et ces choses vous pourrez les exploiter pendant votre existence. Elles vous auront créé des relations, elles aussi, exploitables plus tard, et qui sait, elles vous auront apporté une certaine notoriété qui pourra vous être utile dans vos prochaines aventures. Je connais au moins deux entreprises que le créateur de cette messagerie financière a créées avant elle. La première était dans l’exploitation du café, puis la deuxième était une biscuiterie. Au jour où j’écris ces lignes, ces trois entreprises n’existent plus. Mais cela ne dois pas être pour vous une raison suffisante pour éviter de créer votre entreprise. Moi-même j’ai tenté d’abord la vente de pâtisseries, prometteuse mais vite abandonné parce que j’étais physiquement épuisé et mes études prenaient le plus clair de mon temps, une cabine téléphonique puis un débit de boisson qui ont tous les deux fermé avec pertes et fracas. Cessez de penser que si vous créez une entreprise, elle doit marcher dès le premier coup ou bien exister éternellement. Sachez que comme tout ce que nous faisons sur cette terre, votre entreprise cessera d’exister de toute façon. Soit vous l’abandonnerez pour une raison ou une autre, soit vous la transformerez en autre chose, soit elle sera avalée par une plus grande. C’est pourquoi, vous devriez éviter de plonger toutes vos économies dans une nouvelle structure, à moins que vous n’ayez la certitude froide qu’elle va marcher. Lorsque vous commencez, dépensez juste le strict minimum qui permet à votre entreprise de fonctionner le reste devrait être acquis avec l’argent né de votre exploitation. Pour ce site, j’ai dû acheter un ordinateur, et c’est tout pour le moment. Si je dois plus tard y ajouter autre chose, ce sera avec l’argent généré à partir de là. Ainsi, si j’échoue je n’aurai pas à pleurer parce que je n’ai plus rien pour vivre, ou parce que j’ai coulé 10 000$ dont cette expérience, et, j’aurai appris des choses que je ne savais pas.

Revenons-en à mon histoire.
Quelques temps après que la messagerie financière ait fermé, certains de ses anciens employés ont décidé de se lancer pour leur propre compte dans une entreprise semblable. C’est en ayant une conversation fort intéressante avec l’un d’entre eux que j’ai eu les informations que je partage ici. Mon but n’est pas de vous révéler tous leurs secrets, mais au moins de vous dire comment, avec pas grand-chose en poche, on peut créer une entreprise qui peut rapporter à la longue.

Après avoir fait des réunions, ils ont décidé de rassembler de l’argent pour démarrer. Avec 2600$ ils ont ouvert deux agences à Kinshasa, et une à Kikwit et ont tout de suite commencé à travailler. Cette somme représente moins de 5% du capital qu’ils veulent rassembler pour leur nouvelle entreprise, mais ils ont commencé quand même. Le bouche à oreille qu’ils ont laissé circuler a été basé sur la notoriété de leur ancienne entreprise, et comme leurs anciens clients en avaient gardé de bons souvenirs, ils ont commencé à venir un par un effectuer des opérations de transfert d’argent. Pour un début mes amis ont commencé à travailler sans salaire, ne se permettant que de prendre l’argent pour leur déplacement vers leur lieu de travail. Si vous n’êtes motivé que par le gain de l’argent, cette situation suffira à vous arrêter. Avec ce qu’ils ont récolté comme fonds, en associant d’autres personnes qui ont apporté d’autres petites sommes d’argent, ils en sont déjà à 10 agences (ajouter des agences à Bumba, Kananga, Ilebo, Mbandaka, Basankusu, Lisala, Bukavu aux trois premières) et ont commencé à toucher 50% de leurs salaires et tout cela, moins d’une année après avoir commencé ! En plus sans aucune publicité, si ce n’est le bouche à oreille et la réputation de leur ancienne boite. Ils comptent recruter des employés très bientôt et commencer à gagner normalement leurs salaires.

Je ne sais pas où ils en sont dans la réunion de leur capitale, mais une messagerie financière qui a déjà une dizaine d’agences dans le pays après moins d’une année d’existence est à prendre au sérieux.
La conversation a été très intéressante pour moi parce qu’elle m’a donné la preuve que les idées que je partage dans ce site sont vérifiables !
D’abord une idée leur a suffit, et la stratégie de départ a tout bonnement été de commencer à travailler avec le minimum d’argent qu’ils avaient. Cette idée s’est basée sur leur expérience c’est-à-dire le talent développé pendant leur ancien job, talent qui a été remarqué par leurs anciens clients, et je peux vous assurer qu’ils étaient très dévoués, puisque j’ai moi-même fait parti des employés de cette boite. Et sans frais supplémentaires inutiles, avec un équipement internet standard et quelques téléphones portables (d’ailleurs la compagnie de télécommunication avec laquelle ils travaillent leur a offert les téléphones à crédit et leur a créé un réseau interne qui leur permet de communiquer à moindre coût), ils sont en train de faire leur chemin. Les choses dont ils ont besoin à la longue sont acquis avec le revenu généré par l’entreprise et l’apport graduel du reste du capital. Il y a aussi les sacrifices du début, obligés de travailler plusieurs mois sans salaires, avec juste la satisfaction de voir leur bébé grandir au jour le jour et le sentiment de participer à une aventure, si pas passionnante, mais au moins excitante dans leur vie de tous les jours. Toutes ces choses sont très importantes, mais la chose la plus importante, à mon avis, sans laquelle tous ces petits exploits n’auraient pas été accomplis et les perspectives d’avenir ne seraient que chimères, c’est la création d’une valeur. Quelque chose dont les gens ici ont vraiment besoin. Tout le monde n’est pas capable d’avoir le minimum requis pour ouvrir un compte en banque dans mon pays, ou de payer la commission que les grandes institutions financières réclament. Alors une entreprise qui leur permet d’envoyer ou de recevoir de l’argent de leurs proches, même de petites sommes ou de déplacer en toute sécurité leurs petits bénéfices, je vous assure que ça aide.
C’est, à quelques variantes près, la recette du succès dans la création d’une entreprise. Appliquez-la et vous finirez bien par faire prendre la mayonnaise.
J’ai appris beaucoup d’autres choses que je me réserve de divulguer ici, surtout dans leur stratégie de travail. Je préfère qu’ils l’expérimentent eux-mêmes pour en vérifier l’efficacité. En ce moment là, elle sera de notoriété publique. J’ai aussi clairement entendu mon interlocuteur me dire qu’il préférait de loin se lancer dans une telle aventure, plutôt que d’être employé dans une grande entreprise de la place, quel que soit le salaire proposé.
Je ne peux terminer cet article sans d’abord me montrer reconnaissant envers Mr vignon Tshimbalanga qui m’a accordé cet entretien et envers tous les membres de sa nouvelle boite qui sont en train pour nous de vivre une aventure palpitante qui nous inspire et qui apportent quelques solutions aux problèmes de tous les jours de notre population.
Ensuite je fais un peu de pub. J’ai envie de leur apporter mon soutien d’une manière ou d’une autre, alors voici ma contribution.
L’entreprise s’appelle UNIVERSAL FINANCE, et le siège est au Local 57, Immeuble Masamba (vers Kin-Mazière), et leur numéro de téléphone est le 081 820 42 06.
Et si vous les contactez à partir de ce site, veuillez le leur dire, ça leur faira énormément plaisir.

Publicités

One Response to Comment créer une entreprise de transfert de fonds à Kinshasa

  1. IKANGO BOLAFA césar Miflex says:

    Bonjour Monsieur Francy MAKANZU,

    Je voulais juste vous dire que c’est bien votre idée mais je m’aimerais ajouter une chose. Avez-vous consulter d’autres partenaires tout en leur exposant votre idée ? et Avez vous confiance aux partenaires autres que ceux de vos intimes ? et le Régime et les Conditions de créer une entreprise au congo ?

    Je suis aussi de même avis que vous mais d’autres monde de business

    Merci C Miflex IKANGO César

    Tél: 0898239696 – 0814756247

    theorionbusiness@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :